PASCALE MORIN

morin

Pascale Morin née en 1959, mène une carrière atypique. Après une enfance studieuse en Normandie, elle passe une année aux Etats-Unis pour s’ouvrir de nouveaux horizons. De retour en France, elle fréquente la fac d’Arts Plastiques (Panthéon Sorbonne, Paris), élève de Michel Journiac. Mais insatisfaite, elle part vivre en Allemagne. Elle y fréquente la scène alternative et se passionne pour les phénomènes artistiques marginaux et la scène rock. Parallèlement elle suit des cours d’art plastiques et d’anglais à l’université d’Oldenburg.
Après 3 années folles (sexe, drogue et rock and roll) elle rentre en France et se passionne pour la sculpture. Dans les années 80, sa série sur le « Viol de Tarzan » ou ses « Accouchements » préfigurent ce que sera la nouvelle figuration 20 ans plus tard. Dans son irréalisme cru, le sexe, l’humour et la sensualité s’entre-dévorent.
Son art qui ne se réclame d’aucune école plaît, même si les galeries officielles plus attachées à l’abstrait et au conceptuel, restent sur une prudente réserve.
A partir des années 2000, contre toute attente, Pascale Morin reprend ses pinceaux et se consacre à la peinture. Ses toiles de petits formats mettent en scène des femmes énigmatiques sur fond d’horizons monochromes. C’est une peinture faussement sage. Les créatures de mode posent arme à la main. Des squelettes de chevaux surgissent de manière déroutante, les quartiers de viande chers à Bacon et à Soutine posent comme des mannequins. Le choix de couleurs franches liés à la minutie des détails inscrivent les peintures de Pascale Morin dans un univers très personnel, libre de toute influence.
Actuellement Pascale Morin vit et travaille à Strasbourg.