JEROME BAUDUIN

bauduin

En regardant les tableaux de Jérôme Bauduin nous sommes fascinés par la différence qui existe entre le près et le loin. Quand vous vous approchez ce ne sont qu’entrelacs de signes et de touches lumineuses aux confins de l’Abstraction, dans une grande complexité picturale. Puis, lorsque vous prenez de la distance, la magie opère et vous êtes dans ces scènes animées de la jungle urbaine.

« Les grands formats résultent de l’éclatement de la lumière, de plus en plus floue, l’image devient abstraite. Le travail sur la lumière prend le pas sur la forme », écrit Virginie Moreau.

La richesse technique de ces mosaïques demande du temps pour être apprivoisée, mais elle nous conte une réalité réinventée. Même s’il ne faut pas résumer l’œuvre du peintre à un paysagisme urbain, ce qui serait réducteur et faux, il faut reconnaître qu’il sait mieux que personne peindre ce que l’on ne voit pas. Il nous surprend par une approche différente de l’angle de vue et la surface de ces toiles est une succession de halos subtils. Chroniqueur du temps qui passe, poète des nuits citadines, croqueur de lumière, dévoreur de couleurs, Jérôme Bauduin appartient à une génération où l’image est prioritaire. Ces scintillements nocturnes sont incomparables. Gérard Gamand

 

 

 

oeuvresvendues

oeuvresdispos